Blogueuses, entrepreneuses, créer des partenariats : mode d’emploi

Créer des partenariats, c’est une étape nécessaire dans le développement de tes projets ou de ton activité, mais aussi pour toi.

Que tu sois blogueuse, entrepreneure, ou en phase de lancement, comment s’y prendre ?

J’ai eu envie d’écrire sur ce sujet car il y a quelques temps, alors que nous étudions comment développer l’activité d’une cliente, je lui ai parlé de réaliser des partenariats.

Parce qu’à mes yeux, c’est une étape essentielle !

♥ Lorsque tu es entrepreneure ou blogueuse, tu ne peux pas concevoir de faire tout en solo, dans ton coin, si tu veux faire grandir ton activité.

♥ Pour être passée par là, je sais que les partenariats peuvent être très intéressants pour ta propre visibilité, mais aussi, pour donner un coup de pouce au projet de quelqu’un dont tu apprécies le travail. Et c’est alors très gratifiant !

♥ Ils vont aussi être ultra importants pour créer ou étoffer ton réseau pro – dont personne ne peut se passer à mes yeux – et donc, faire office de « preuve sociale ». Les partenariats que tu auras réalisé viendront rassurer tes futurs clients, collaborateurs ou autres : tu as déjà bossé avec d’autres pros, c’est que ton travail est pro !

 

 

Pour en revenir à ma cliente, je ne m’attendais pas à cette réaction : à ma grande surprise, elle m’a avoué qu’elle n’osait pas…

( Elle se reconnaîtra, grosse pensée pour elle et j’espère que cet article pourra l’encourager ! )

De l’extérieur, je vois pourtant bien qu’elle aurait tout à y gagner et qu’elle n’a pas à hésiter.

Ce qu’ elle pourrait proposer en échange a beaucoup de valeur et je suis sûre qu’elle trouverait des partenaires très intéressés !

Je pense aussi à toutes celles qui étaient intéressées par le sujet, sur le groupe privé Facebook, ne sachant pas comment s’y prendre…

Cet article devenait donc incontournable !

Alors, commençons par le début : un partenariat, c’est quoi ?

C’est un échange donnant donnant, gagnant gagnant.

En d’autres termes, c’est de la coopérations entre pairs, notamment ici, entre professionnel·le·s.

Alors certes, on a pas tellement été habituées à travailler ainsi, dans un esprit d’entraide.

Dans l’école traditionnelle, on a plutôt été habituées à la compétition. Le travail en groupe, si tu te souviens, ça ne comptait jamais dans la moyenne, ou bien à un tout petit coefficient.

Quand c’était un peu plus sérieux : interdiction de s’aider les uns les autres, de parler ensemble, sinon, tu perdais des points, ou bien c’était fini pour toi : zéro pointé !

C’est le travail bien en solo, que tu faisais en cachant ta copie des regards des autres qui était valorisé. Jamais le travail entre pairs, pas vrai ?

Idriss Aberkane, dans son livre Libérez votre cerveau le souligne à juste titre :  » Dans la vraie vie, travailler en groupe, ça s’appelle coopérer ; à l’école, ça s’appelle tricher. »

Mais étais-ce logique ? Dans la vraie vie, si tu fonctionnes comme ça tu ne survis pas, tu n’avances pas !

Tu sais bien, seul on avance plus vite, ensemble on va plus loin !

Alors aujourd’hui, quel est ton objectif ? Est-ce que tu veux tracer en solo et avoir à partager tes réussites… Avec personne ?

Ou bien est-ce que tu veux aller plus loin ?

On dit souvent que le bonheur a plus de saveur quand il est partagé. C’est la même chose pour tout ce que tu accompliras dans tes projets pros.

Quand tu as l’occasion d’avancer avec d’autres pros dans la même dynamique que toi, de partager ce que tu vis, certains challenges et d’atteindre ensuite des objectifs, c’est un vrai kiffe et tu apprends bien davantage ainsi !

Bref, dans la vraie vie, lorsque tu as la possibilité de mutualiser des ressources, de mettre en commun des idées avec d’autres personnes, c’est un plus dont il serait dommage de te priver.

Tu peux alors faire fonctionner l’intelligence collective par le biais d’échanges, de brainstormings avec les partenaires que tu auras choisi. Ce qui en ressortiras sera donc forcément plus riche que ce que tu aurais pu accomplir seule.

Qu’en dis-tu ?

Si à ce stade de l’article,  je commence à aiguiser ton intérêt pour créer des partenariats, ce qui suit va te plaire, puisque qu’on va parler bonnes pratiques et mode d’emploi.

 

1/ Tout d’abord, la première question à te poser, c’est pourquoi ai-je envie de proposer un partenariat à telle personne ?

Est-ce que ce serait bon pour ta notoriété ou ton image de marque, pour ta visibilité, juste pour le plaisir, pour te lancer un challenge, pour soutenir une initiative que tu aimes, pour tester ou bénéficier de produits ou services gratos, qui t’intéressent…. Il peut y avoir des tas de motivations, selon la nature du partenariat que tu vises !

La première étape, c’est donc, pourquoi, puisque de là, va découler le comment.

Si ces deux aspects sont clairs pour toi, ce sera d’autant plus facile d’aller ensuite faire des propositions.

Cela va aussi te procurer un cadre.

Selon ce que l’on te proposera en retour, tu verras si tu restes alignée avec ça, si ça reste en phase avec ta stratégie de départ et si ça te convient.

Ce serait une expérience très désagréable si tu étais à l’initiative d’une proposition, qui au départ, devait t’apporter du positif, mais dont le pourquoi et le comment t’auraient échappé, pour au final, te retrouver « coincée » dans un deal qui ne t’intéresse pas ou via lequel tu te sentirais lésée…

Donc choisis en amont un pourquoi et un comment qui te parle et que tu ne lâchera pas, à moins que l’on te propose quelque chose d’encore mieux !

 

2/ Pour optimiser le bon déroulement d’un partenariat, choisis bien les personnes avec qui tu as envie de collaborer.

Réunis un minimum de garanties par rapport aux valeurs qu’elles portent et à leur sérieux pour éviter les mauvaises surprises.

Si ce sont des personnes dont tu suis le travail depuis un bout de temps et que tu as toujours été en phase avec sa qualité, son contenu, c’est une bonne garantie ! Si c’est une personne avec qui tu échanges souvent ou qui a suivi une formation avec toi par exemple, tu connais alors son professionnalisme et tu sais que tu peux avoir confiance.

 

3/ Ne te mets pas de limites : Si tu as envie de proposer un partenariat avec une personne de bien plus connue que toi, cela peut toutefois marcher !

Tu n’as rien à perdre dans tous les cas.

Beaucoup m’ont demandé : comment faire quand on débute ?

Eh bien, ce n’est pas parce que tu débutes, que ce que tu as à partager n’a pas de valeur.

Une de mes phrase préférées, que je répète à mes clientes qui doutent de leur légitimité :

Donc, ne te dévalorise pas et ne flanche pas face à de « grosses pointures », avec qui tu rêverais de collaborer.

Elles aussi, ont débuté un jour, comme toi. Et elles seront peut-être ravies de tendre la main à quelqu’un à leur tour, lorsqu’elles, en auraient eu besoin, ou bien, en ont bénéficié par le passé.

Tout comme toi, si actuellement, tu démarres, tu seras probablement « open », une fois plus grande, à des collaborations avec de plus petits que toi, dès lors que leur travail te parlera et méritera selon toi, un petit coup de pouce.

Si toi-même, tu es dans ce état d’esprit, ne doute pas que d’autres le soient aussi !

 

4/ Adapte ta proposition : Il te faudra connaître un minimum la personne ou l’entreprise auprès de qui tu voudras t’adresser.

Savoir comment elle fonctionne, quels types de partenariats elle a déjà eu l’occasion de réaliser, si elle te semble avoir du temps pour cela, etc…

Parce que le contenu de ta proposition dépendra de tout ça. Par exemple, si tu vises une blogueuse qui te paraît surbookée en permanence ou en plein lancement, ce ne sera pas très approprié de lui demander qu’elle te rédige un article ou qu’elle t’accorde une longue interview… En revanche, ce qui pourra lui plaire, c’est de lui proposer de rédiger toi-même un article pour son blog, sur un sujet que tu maîtrises et qui sera complémentaire à ce qu’elle fait déjà.

Dans mes débuts, il m’est arrivé de contacter des personnes au culot, pour leur proposer un deal. J’ai un souvenir en particulier, d’une blogueuse dont j’aimais beaucoup le travail et qui avait une belle audience. Et, je n’avais pas assez travaillé le contenu de ma proposition en amont. Du coup, elle n’était pas fermée du tout mais je lui ai fait perdre beaucoup de temps alors qu’elle avait un max de travail. Nous avons échangé de nombreux mails car je voulais lui proposer quelque chose mais je ne savais pas quoi. Parfois, c’était trop chronophage pour elle au niveau du travail que cela impliquait ensuite pour elle. Sinon, c’était du copier coller ou bien au contraire, trop éloigné de ce qu’elle avait l’habitude de mettre en place avec d’autres partenaires… Bref, je n’avais pas assez étudié le truc et résultat, ça ne s’est jamais fait.

 

5/ Personnalise ta proposition : Pour en avoir reçu pas mal dans le style, je peux témoigner : Ce n’est pas très agréable de recevoir des sollicitations quand tu sais bien que tu dois être la 10ème à avoir reçu la même, mot pour mot. Un texte type, qui pourrait être envoyé aussi bien à toi, qu’à n’importe quelle autre pro dans ton domaine et même au-delà ! En général, ça va direct à la corbeille, puisque je ne suis pas sûre que la personne en face, attendait vraiment un retour et qu’elle s’intéressait vraiment à MON travail.

C’est exactement la même principe que quand tu envoies une candidature spontanée : dans ta lettre de motivation, si tu ne montres pas un minimum d’intérêt pour l’entreprise ou le poste que tu vises en particulier. Si tu ne fais pas savoir que c’est telle ou telle particularité que tu as relevé, qui t’intéresse, qui te motive et pourquoi TOI tu es celle qu’il faut… Ne t’attends pas à recevoir ne serait-ce qu’une réponse.

En revanche, quand tu reçois un message de la part d’une personne qui te suit, qui a bien cerné ce que tu faisais, qui te fait une proposition sur mesure, qui est déjà en phase avec ce que tu veux véhiculer, avec ta mission, et qui, cerise sur le gâteau, te dit aimer ce que tu fais : ça retient mon attention, je vais forcément prendre le temps d’y répondre et c’est dans ces conditions-là qu’en général, ça se concrétise.

Viens donc avec quelque chose d’unique, de spécial, rien que pour la personne ou l’entreprise que tu vises 😉

 

6/ Que proposer ?

Mets-toi à la place de ton ou ta futur·e partenaire : Qu’est-ce qui te ferait plaisir, qu’aimerais-tu que l’on te propose ?

Comme je l’ai dit en début d’article, tout le monde doit avoir quelque chose à y gagner

Par exemple, si tu n’as pas encore de visibilité ou de perspectives de visibilité dans un avenir proche, dont tu pourrais faire bénéficier tes partenaires, tu peux leur proposer certains de tes produits ou services, gratuitement, en échange d’un retour (un article, un post sur les réseaux), ou d’un témoignage, qui tu publieras sur ton site.

Parmi les partenariats courants et qui pourront te donner des idées :

Faire un échange d’article : chaque partie écrit un article sur le blog de l’autre. Top pour le référencement !

Proposer un article invité : tu rédiges un article pour une tierce personne, avec bien sûr tes références à l’intérieur. Tu lui donnes ainsi du contenu prêt à publier, qui viendra apporter quelque chose de complémentaire à son audience 😉

Tu organises un concours : tu proposes à un ou plusieurs partenaires de mettre en jeu des lots en échange de visibilité, pourquoi pas via des posts dédiés sur les réseaux ou via des articles.

Ou inversement, c’est toi qui veut mettre quelque chose en jeu et qui vient proposer à des partenaires d’organiser un concours ou de rajouter tes lots dans le cadre d’un concours déjà en cours ou en projet.

Tu proposes à des partenaires de leur offrir des produits ou services pour qu’ils en parlent ensuite. Ou inversement, tu demandes à tester !

Tu proposes des interviews, par écrit, en podcast ou en vidéo.

Tu proposes un échange de liens dans des rubriques dédiés aux partenaires ou bien des encarts publicitaires.

Tu organises un évènement avec des interventions de tiers, que tu rémunères ou à qui tu proposes une contre-partie à la hauteur de l’investissement que tu demanderas.

(…) On peut imaginer des tas de deals possibles ! N’hésite pas à faire preuve de créativité et à sortir du déjà vu !

Dans tous les cas, essaye de limiter les contraintes de toutes sortes (en terme de temps, de labeur, de démarches…) que ta proposition impliquera pour l’autre partie. Facilite-lui les choses au possible !

 

7/ Ta proposition intéresse ? Pour éviter les mauvaises surprises et faire en sorte que le partenariat soit équitable : Définis en amont et en accord avec l’autre partie, ce à quoi chacun s’engage : quoi, quand, comment.

Le partenariat devra être limité dans le temps (sauf exceptions : échange de liens par exemple), pour éviter de s’engager sur quelque chose de trop chronophage d’un côté ou de l’autre.

Il faudra avoir mis au clair les rôles de chacun et qui s’occupe de quoi. Par exemple, dans le cadre d’un concours : qui s’occupe de créer l’évènement sur les réseaux sociaux, de sponsoriser le post, du tirage au sort, de récupérer les coordonnées des gagnants, de l’expédition des lots…

L’équité devra être de rigueur. Ne te lance pas dans un partenariat à contre-coeur et ne force pas la main non plus de quelqu’un si il doit y avoir une partie lésée à un moment donné.

 

8/ Surtout, ne te dévalorise pas. Lorsque tu es positionnée sur un domaine qui te plaît, que tu portes une mission à travers ton activité, qui a du sens pour toi, sois certaine ce que tu proposes a forcément de la valeur. Par prolongement, ne sous-estime pas ce qu’un partenariat impliquerait pour toi, pour avoir l’impression d’être « au niveau » de l’autre partie.

Si tu devais en ressortir avec de la frustration ou un goût d’amertume, la relation avec ton ou ta partenaire risquerait de s’en voir entachée.

Et ce n’est pas le but. Il faut qu’un partenariat soit constructif et positif pour tout le monde, sinon à quoi bon s’infliger ça.

En revanche, tu conviendras que tu si tu vises un partenariat avec une personne qui a plus d’ancienneté, qui a une bien plus grosse audience que toi et qu’elle va mettre à ta disposition, un certain investissement de ta part, en terme de travail de préparation par exemple, sera nécessaire, pour équilibrer le tout.

 

Quelques règles de bienséance :

  • Bien sûr, tu ne forces la main à personne. Si tu vois qu’une personne est trop hésitante, n’insiste pas, c’est peut-être un excès de politesse ou de timidité mais si tu lis entre les lignes, tu vois bien qu’ elle ne veut pas. Les meilleurs partenariats se concluent dans l’enthousiasme réciproque ! Si les deux parties sont emaballées de A à Z, c’est ok !

 

  • Lorsque vas faire une proposition, n’oublie pas que tu poses une question. Ce qui sous-entend que tu dois autant te préparer à un oui, qu’à un non. Sinon, c’est un ordre… En cas de refus et d’incompréhension de ta part, ne te vexe pas. La personne a probablement ses raisons et n’a peut être pas le temps de se justifier. Ne le prend pas personnellement ( 2ème accord Toltèque ^^). Sois juste reconnaissante envers elle parce qu’au moins, tu es fixée, tu ne perdras pas plus de temps grâce à sa réponse claire.

 

  • Se lancer dans un partenariat signifie s’engager à respecter ce qui a été convenu. Même si le deal est un échange de bons procédés et qu’il n’y a pas d’argent en jeu, peu importe ! Et d’ailleurs, même si tu n’as pas encore de numéro SIRET, c’est ton professionnalisme, ton image de marque et ta réputation dont il est question. Laisse un bon souvenir de toi partout où tu passes, auprès de toute personne avec qui tu est amenée à collaborer. C’est ultra important ! Le bouche à oreille peut jouer en ta faveur ou en ta défaveur très rapidement… Tiens tes engagements car tous, quels qu’ils soient, doivent être pris au sérieux. C’est aussi pour cette raison qu’il ne faudra pas te lancer dans trop de partenariats en même temps. Limite tes engagements pour faire dans la qualité et non dans la quantité. Sélectionne-les bien, sois stratégique et cela pourra faire toute la différence.

 

  • Évite de te lancer dans des partenariats avec des pros sur exactement la même activité que toi. Dans certains cas, ce peut être faisable, mais ce n’est pas toujours très bien perçu ou très positif au final pour chacun. Il faudrait à ce moment-là que chaque partie ait vraiment une façon de travailler à part, qui soit complémentaire, histoire de ne pas créer de conflits d’intérêts, ni de doublons. Quand les différences sont trop subtiles, mieux vaut éviter, pour ne pas semer la confusion auprès du public et pour ne pas créer de malaise entre les partenaires. L’idéal, c’est de te diriger vers des pros qui ont une audience proche de la tienne, auprès de qui tu pourrais te faire connaître, mais qui ne propose pas du tout la même chose. Par exemple, je collabore régulièrement avec Marina, l’Accro Du Budget, qui intervient en gestion et comptabilité ou encore avec Julie Chopin, conseillère en image. Nos activités touchent à peu près les mêmes profils de femmes, auprès de qui nous proposons des services complètement différents ! Chacune a à y gagner et personne ne vient « dérober » l’audience de l’autre. Au contraire, nous sommes même ravies de pouvoir proposer à nos clientes des services complémentaires, qui ne dépendent pas de nos compétences.

 

Quelques astuces :

  • Tu n’as pas l’habitude de proposer des partenariats, ou bien tu débutes. Pour te mettre à l’aise et conclure tes premiers, demande-toi déjà simplement : avec qui as-tu créé des liens depuis un moment ? Dans ton univers pro ou bien sur la toile, à qui penses-tu ?

Même sur le web et de façon virtuelle, mine de rien, tu peux créer des liens. Ils seront une source de partenariats potentiels très intéressants !

> Quels noms te viennent, là, comme ça ? Peut-être une blogueuse que tu suis depuis un bout de temps et qui répond souvent aux commentaires que tu lui laisses ? Ou bien, une élève de ta promo, dans une formation en ligne que tu as suivi il y a quelque temps ? Ou encore, tu penses aux membres d’un groupe d’entrepreneurs que tu rencontres régulièrement ou avec qui vous discutez souvent pour vous échanger des astuces ?

Toutes ces personnes sont des partenaires potentiels accessibles facilement, que tu connais, que tu sais comment aborder puisque tu as déjà échangé avec eux à plusieurs reprises.

Avant de te lancer dans de gros challenges pour décrocher des partenariats avec de grosses pointures qui t’intimident, commence par là.

Tu auras ainsi tes premières références, tu auras pris tes marques, un peu plus d’expérience, et petit à petit, tu pourras viser plus loin.

 

  • Un partenariat avec une blogueuse que tu kiffes te fait rêver  ? Suis-la de près.

Réagis à ses posts sur les réseaux, commente ses articles de façon sincère, et surtout constructive. Bref, manifeste un réel intérêt pour son travail et fais-toi connaître auprès d’elle. Elle finira par te remarquer !

Lorsque tu voudras l’aborder pour lui proposer quelque chose, en principe, elle se rappellera de toi (garde le même pseudo ou nom + photo à chaque interaction avec elle).

Tu ne seras pas une inconnue, tu auras déjà tissé du lien avec elle et tu optimiseras ainsi tes chances pour que ta demande aboutisse !

 

  • Ne sois pas trop pressée : lorsque tu viendras soumettre une proposition à ta partenaire idéale, surtout, ne lui mets pas la pression.

Parmi tous les partenariats que j’ai impulsé, j’ai esquissé très peu de refus. Lorsque c’était le cas, c’était une question de timing. Je les prenais de court avec une deadline trop proche, ou bien, elles étaient en plein rush de leur côté. Prends donc de la marge et accepte que cela ne se fasse pas au moment que tu avais prévu, parfois sous le feu de l’excitation, mais plutôt au moment qui vous mettrait d’accord toutes les deux.

 

Pour conclure, pour ma part, les partenariats font partie intégrante de mon activité. J’aime être entourée (y compris sur le net), d’énergies positives, donner des coups de pouce, et parfois, en recevoir de beaux aussi.

Ambitions Plurielles a d’ailleurs commencé comme ça : avec le e-book collaboratif que j’ai offert dès l’ouverture du blog, en 2015 : Comment concilier vie privée et aspirations professionelles ? 14 Femmes remarquablement inspirantes dévoilent leurs secrets.

J’ai réitéré l’opération plus tard, avec la sortie du e-book « Comment trouver sa voie ? »

A chaque fois, j’ai eu la chance de fédérer autour d’un projet commun des femmes avec plus ou moins de notoriété, qui peuvent sembler plus ou moins accessibles. Mais avec qui j’avais créé des liens en amont, que j’ai su convaincre de l’intérêt qu’elles auraient à participer à cette aventure commune. Et chacune d’entre elles m’avait séduite par ce qu’elle avait à partager.

J’y suis allée en confiance, avec sincérité et conviction vis-à-vis de ce que je portais.

 

♥ Pour conclure, créer des partenariats, savoir t’entourer, c’est essentiel, surtout lorsque tu travailles en solo.

Solliciter d’autres pros, ça ne te coûte rien. Tu n ‘as rien à perdre. (Même pas la face, bien au contraire !  Tu es de celles qui osent !)

Aies confiance en ce que tu portes et en ce que tu peux apporter !

Si tu prends le temps de découvrir l’univers, le message d’un·e partenaire potentiel·le en amont, de t’assurer que vous êtes sur la même longueur d’ondes, de tisser du lien avec, de façon sincère et constructive, pour ensuite venir avec une proposition cohérente, réaliste, sur le principe gagnant-gagnant, il n’y a pas de raison pour que ça ne fonctionne pas !

Pousse des portes, ose, car il y a de fortes chances pour que personne ne le fasse à ta place…

Je compte sur toi !

Et maintenant, raconte-moi : si tu as déjà concrétisé des partenariats, quelle a été ta recette, qui pourra servir à d’autres, ou bien quels sont tes freins pour y arriver ?

>>> Besoin d’un coup de boost ? Découvre mes accompagnements individuels ici ! <<<

  • Calas Emma 7 mars 2018 à 8 h 18 min

    Bonjour ! Alors la, super article, très complet, très clair, vraiment inspirant, merci beaucoup !
    Mon soucis à moi, c’est que même si je suis artisane depuis plusieurs années, je ne me suis vraiment lancée que fin 2017, et je ne connais pas de nanas avec qui je pourrai nouer des partenariats… je ne suis pas une accro du net, je travaille beaucoup, et j’ai du mal a savoir où les trouver… et pourtant je suis en recherche de visibilité ! Mais je ne sais pas trop par quel bout m’y prendre….
    En tous cas, cet article va m’aider alors merci !!!

    • Ambitions Plurielles Auteur 7 mars 2018 à 8 h 54 min

      Avec plaisir, contente que cet article t’inspire !!! Merci pour ton commentaire Emma !
      Comment fais-tu connaître ton travail pour l’instant ? Quel(s) moyen(s) utilises-tu pour vendre tes créations ?
      Si tu n’es pas trop sur le net mais plutôt active au niveau local, tu pourrais très bien contacter des artisan(e)s dans des disciplines annexes et leur proposer de les rencontrer ?
      Vas-y avec plein d’infos à partager (points de vente, marchés de créateurs, associations, évènements…) et des propositions : ateliers, expos, série de créations en commun…
      N’oublie pas qu’un partenariat est bénéfique pour tout le monde, donc si tu as envie et intérêt de passer par là, n’hésite pas une seconde !
      Tu peux très bien prendre l’initiative et impulser les collaborations que tu aurais aimé que l’on te propose ?
      Donc : fais des recherches, trouve des partenaires potentiels qui t’inspire, avec qui tu aurais vraiment envie de travailler et d’échanger, et puis, contacte-les !
      Tu n’as absolument rien à perdre 😉
      Au plaisir d’avoir de tes nouvelles !
      Manon

Laisse un commentaire !