Être autodidacte, une clé pour réussir ?

Aujourd’hui, je te parle d’un sujet qui me tient particulièrement à cœur dans la thématique des apprentissages, il s’agit de l’autodidaxie. Ce nom fait un peu compliqué comme ça mais je vais décrypter avec toi ce qu’il implique… Selon moi, être autodidacte peut s’avérer une clé pour réussir et je tiens à t’expliquer pourquoi tu es concernée !

Mais d’abord, de quoi on parle ? L’autodidaxie, c’est une façon d’apprendre autonome, non encadrée ni façonnée par des personnes ou structures extérieures. À priori, ça te parle ?

De nos jours, l’autodidacte a plutôt une bonne image. Il représente quelqu’un de motivé, au parcours atypique et riche, qui s’est fait tout seul (« self-made-man »). On peut citer quelques exemples d’entrepreneurs célèbres autodidactes : Xavier Niel (Free) ; Jean-Claude Bourrelier (Bricorama) ; Malamine Koné (Airness) ; Gérard Mulliez (Auchan) ; etc… Je ne cite que des hommes mais détrompe-toi, je pense justement qu’être autodidacte est une pratique idéalement bien adaptée aux femmes, je vais t’expliquer pourquoi un peu plus loin…

Parlons des obstacles classiques que l’on peut mettre derrière l’autodidaxie et essayons de les déconstruire :

>>>Tu n’as pas de temps pour ça ?

Détrompe-toi, si tu as des objectifs précis de recherche de savoir, tu peux apprendre par toi-même très efficacement et en un rien de temps !

Et puis, ce temps passé à apprendre des choses que tu auras jugé au préalable nécessaires, est en réalité un investissement de ton capital temps, que tu vas bien vite rentabiliser.

Il te faut simplement déterminer tes besoins et te concentrer dessus  pour éviter de te disperser, surtout si tu n’as pas bien de temps disponible.

>>> Pourquoi faire, tu as déjà fait des formations, des diplômes en poche, etc… ?

Seulement, pour avancer, il faut renouveler, mettre à jour, compléter ses acquis, sans cesse. C’est une remise en question permanente et nécessaire de ce que tu sais déjà.

Et puis, ce que tu as pu apprendre à un moment donné au cours de ton parcours scolaire ou de formation professionnelle n’est peut-être pas suffisant, plus d’actualité ou pas adapté par rapport à tes ambitions d’aujourd’hui ?

Il faut savoir ne pas tout attendre de la part des institutions et pouvoir prendre en main ses propres apprentissages dès que nécessaire. Ce n’est pas toujours la peine de reprendre des études pour cela si au final tu n’as pas à justifier de diplômes ou de remises à niveau certifiées.

Et puis, avec toutes les contraintes et les responsabilités qui nous incombent en tant que femmes et surtout en tant que mamans, reprendre les études, suivre des cours du soir, etc ce n’est pas toujours facile !

Si on arrive malgré tout à apprendre et progresser tout en s’organisant comme on peut, en allant à l’essentiel compte tenu de nos besoins, nos envies et notre stratégie, c’est encore mieux !

>>> Quand on est autodidacte, on n’a personne à qui poser des questions !

Et bien si, et c’est là que ça devient très intéressant : tu vas en poser à toi-même !

Il va falloir te demander quels sont tes besoins pour avancer, quelles sont tes lacunes et qu’est-ce que tu as envie d’explorer ?

Ensuite, il va falloir que tu interroges tes représentations, tes connaissances dans le(s) domaine(s) concerné(s) pour les remettre en question et être prête à les déconstruire, à les affiner ou à les étoffer.

À l’école ordinaire, je suis convaincue que l’on ne nous apprend pas suffisamment à réfléchir par nous-même, à avoir un certain esprit critique, à chercher le savoir soi-même, à multiplier les sources pour se forger son propre avis, à acquérir une certaine autonomie et une méthodologie pour sélectionner et rechercher le savoir, à élargir sa vision des choses… Non, cette façon de penser n’est malheureusement pas assez encouragée selon moi.

Aujourd’hui, en tant qu’adulte, sortie des institutions, il faut pourtant bien continuer à apprendre pour se recycler, avancer et même si tu n’es pas habituée à cette démarche, tu risques de prendre goût à cette liberté de pouvoir construire tes connaissances de façon indépendante, d’en être d’autant plus convaincue et fière.

>>> Tu ne penses pas être assez organisée pour ça ?

Ne t’en fais pas, en situation d’autodidaxie, tu n’apprends pas en vue de passer un examen, tu apprends pour toi. Pas besoin de faire des fiches de révision, d’apprendre par cœur certaines choses etc…de façon très scolaire en somme !

Tu as la possibilité d’apprendre comme tu aimes le faire, de la façon la plus adaptée à toi, par rapport au rythme, au type de mémoire (visuelle, auditive, kinesthésique) qui fonctionne le mieux chez toi et enfin, tu as la possibilité de n’aller que vers ce qui t’intéresse pour atteindre tes objectifs.

Certes, il te faudra un peu de méthodologie : si tu fais des recherches sur le net ou en bibliothèque par exemple, il faut être capable de multiplier et vérifier les sources, de confronter les points de vue et ne pas absorber sans se poser de questions chaque info que tu trouves.

Mais au bout d’un certain temps, ton œil devient aiguisé et averti et c’est un exercice qui ne pose pas problème. Au contraire, tu te rendras vite compte que cela enrichi tes connaissances et élargi ta vision des choses.

>>> Comment rester motivée et assidue dans ses apprentissages ?

C’est simple, quand on fait le choix de l’autodidaxie, il faut dès le départ avoir des objectifs, une stratégie, des besoins ou des envies précises. Partant de là, tu sais où tu veux aller et tu ne t’arrêteras pas en cours de route.

En cas de découragement, il suffit de revenir sur ce qui a motivé cette démarche chez toi à la base.

> Obtiens ici un plan de travail à imprimer pour organiser tes semaines et intégrer dans ton emploi du temps, des moments pour apprendre <

>>> Comment un auto-didacte peut-il avoir un métier qui colle avec ses connaissances  ?

A priori, lorsque l’on a été chercher ses connaissances ou du moins une bonne partie seule, comment justifier de son parcours et savoir dans quel métier, dans quelle case pourrait-on rentrer ?

Justement, je pense que l’auto-didaxie peut être une qualité et même un avantage, pour toute personne qui désire créer son propre métier. Les entrepreneurs, les travailleurs indépendants n’ont pas à rentrer dans un moule, avec des prérequis, des diplômes spécifiques (saufs exceptions, dans les domaines règlementés), ou un parcours bien calibré.

Ils ont la liberté de créer leur façon de travailler, leur propre approche, en s’appuyant ou en s’inspirant des connaissances de leur choix.

C’est aussi un moyen de pouvoir valoriser et de s’appuyer sur l’ensemble de son parcours, formel et informel. C’est top pour l’estime de soi et pour la créativité !

> Si tu cherches comment réinvestir tes connaissances, tes passions dans une activité professionnelle, je peux t’aider à clarifier ton projet, par ici. <

alejandro escamilla 1

Les erreurs à éviter :

>>> Autodidacte ne veut pas dire survoler les apprentissages.

Ta stratégie, ton sérieux et tes objectifs de départ doivent tenir la route. Ils doivent te pousser à acquérir des connaissances véritables, pour pouvoir légitimement exploiter ou mettre en avant tes connaissances.

>>> Je ne dis pas qu’être autodidacte est LA solution, LA meilleure voie.

Avoir des diplômes reste évidemment une sécurité indéniable pour trouver un emploi ou pour te faire reconnaître en tant que professionnelle, surtout si le domaine en question requiert des qualifications officielles pour pouvoir exercer.

Si tu vises un poste pour lequel tu as acquis les connaissances nécessaires en tant qu’autodidacte, il va falloir montrer deux fois plus que tu es à la hauteur à défaut de pouvoir fournir des preuves concrètes telles que diplômes, attestations, etc. Mais grâce à ta détermination, ton bagou, et surtout à ta maîtrise du domaine de connaissances requis, ce n’est pas non plus impossible. Petit à petit, les choses bougent à ce niveau en France et c’est très bien. A chacune d’entre nous de contribuer à cette dynamique et de faire valoir le mérite et le potentiel des profils autodidactes !

>>> Apprendre en autonomie, ne veut pas dire s’enfermer dans une grotte et se suffire à soi-même !

Il est important de mettre à l’épreuve ou de tester ce que l’on apprend avec de la mise en pratique, en confrontant ses idées, son point de vue avec d’autres personnes connaisseuses.

Il faut être capable d’éprouver le savoir acquis, de lui faire passer plusieurs filtres pour voir s’il résiste et s’il est réellement valable. Cet exercice est, par la même occasion, une très bonne leçon d’humilité !

 

Quelques témoignages…

Je suis allée questionner quelques femmes entrepreneures, pour comprendre pourquoi se considéraient-elles comme des autodidactes et dans quels domaines :

  • Catherine, (Acte-eau, matériel pour eaux usées et hydroélectricité) estime qu’elle est complètement autodidacte dans la création de sites avec WordPress. Elle est allée apprendre les ficelles grâce à des sites tels que wpmarmite. Certes, ça lui a pris du temps. Mais elle ne se facture pas ses heures et est très fière d’avoir réussi à relooker son site toute seule !
  • Chrystelle, (Malalie Créations, accessoires et déco au tricot et crochet) se dit autodidacte dans l’entrepreneuriat. Elle dit avoir passé près d’un an à s’informer sur le fonctionnement d’une entreprise, sur l’artisanat avec les codes et les stratégies qui lui sont propres. Elle est allée puiser des informations sur des sites officiels tels que celui de l’APCE, sur des forums, sur les réseaux sociaux, etc, afin de croiser les différentes informations qu’elle pouvait trouver. Ainsi, elle a pu recueillir des choses aussi bien contradictoires que complémentaires, mais qui lui ont permis d’élargir son champ de vision. Le point noir pour elle, c’est le temps que cela lui a demandé.
  • Annabelle, (Annabelle Perceval, coach holistique) a décidé de devenir coach, mais les formations alors disponibles ne lui convenaient pas. Elle a donc construit de toute pièce son cursus : en faisant des recherches, en expérimentant diverses techniques, outils et courants de pensées sur elle-même, en suivant des mentors, en bénéficiant d’ un coaching, à force de nombreuses lectures, ateliers et stages en tous genres. L’avantage, c’est qu’elle est allée à son rythme, au gré de ses envies, en accord avec son cheminement et en totale liberté. L’inconvénient, c’est que la solitude la guettait… Elle a donc solutionné ça grâce à des partenariats et collaborations diverses. Forte de cette expérience, elle envisage de mettre en place un programme d’accompagnement destiné aux femmes désireuses de faire du coaching de vie !
  • Charlotte, (Les Acidulés, jeux d’exploration pour enfants et parents) pense qu’en étant entrepreneure, avoir un côté autodidacte est indispensable. En ce qui la concerne, elle cherche d’emblée à savoir si elle peut faire telle ou telle chose par elle-même. Au besoin, elle va s’auto-former grâce à des tutoriels, des vidéos, des livres, en échangeant avec des personnes connaisseuses ou lors des rencontres avec d’autres « mampreneurs« , et surtout, en testant encore et encore. Elle se demande ensuite si elle est satisfaite du résultat et si elle a suffisamment pris du plaisir dans cette démarche car en ayant créé sa propre entreprise, c’était l’un des buts ! Savoir se remettre en question, s’auto-évaluer, se questionner sur les bons choix à faire pour l’entreprise  sans pour autant s’oublier, c’est pour Charlotte fondamental en tant qu’autodidacte.

 

◊ Tu l’auras compris, être capable d’autodidaxie, c’est donc d’autant plus nécessaire quand on projette de créer son entreprise ou que l’on est déjà entrepreneure. En connaissance de cause, ce peut-être un excellent moyen d’apprendre, de progresser, de gagner en confiance et en légitimité.

◊ Pour toi tout simplement, pour ton épanouissement intellectuel, ta nourriture intérieure, pour prendre du temps pour toi, comme je t’en parlais dans un précédent article… Développer ton côté autodidacte est une démarche qui t’apportera et t’enrichira énormément. Je ne saurais assez t’y inviter !

stockvault-notebook-and-pen1366872

Pour conclure, l’autodidaxie, c’est top, parce que :

>>> Tu es au cœur de tes apprentissages. Tu choisis ce qui te plaît et ce qui te correspond le mieux d’après le contenu, les méthodes d’apprentissage, le rythme, les efforts nécessaires et selon tes besoins. C’est un apprentissage que tu vas toi-même choisir et organiser pour qu’il te convienne.

>>> Cela te permet aussi de mettre à jour, de compléter voire même de vérifier des connaissances que tu as pu acquérir durant ton cursus scolaire, universitaire, etc… Tu vas donc t’enrichir.

>>> Tu pourras ainsi lever certaines barrières (que l’on se met soi-même la plupart du temps !) en te redonnant confiance et légitimité pour avancer.

>>> Tu vas pouvoir dresser ton propre plan d’apprentissage, en fonction de tes besoins et de tes envies, et te démarquer par la particularité et la richesse de ton parcours.

◊ Moi-même autodidacte dans bien des domaines, je mets à ta disposition les ressources utiles que j’ai déniché en l’espace de plusieurs années, dans la rubrique « mes trouvailles », dont tu pourras récupérer le code d’accès ici. Ces ressources sont adaptées à tous les emplois du temps, à tous les niveaux d’études et de spécialisation et donc idéales pour n’importe quelle autodidacte. Tu y trouveras plusieurs thématiques, pour te faire gagner du temps et t’encourager dans la réalisation de tes projets ! 

Et toi, te revendiques-tu autodidacte ? D’après ton expérience, quels en sont les avantages et les inconvénients ?

  • malalie Créations 26 juin 2015 à 16 h 22 min

    Super article où tout est dit: c’est vraiment tout ça l’autodidaxie!

    • Ambitions Plurielles Auteur 28 juin 2015 à 9 h 43 min

      Contente que tu t’y retrouves Chrystelle et encore merci pour ton témoignage ! A bientôt, sur les chemins de l’autodidaxie 😉

  • Moufida 26 juin 2015 à 20 h 51 min

    Très bel article, il aide à recharger les batteries pour repartir de plus belle.Merci

    • Ambitions Plurielles Auteur 28 juin 2015 à 9 h 41 min

      Super Moufida, contente que tu y ais trouvé de quoi de remotiver ! Je te souhaite de beaux apprentissages ! Au plaisir et merci pour ton message !

  • hasnaa 27 juin 2015 à 12 h 15 min

    merci pour l’article

  • Alex 29 juin 2015 à 8 h 11 min

    Bonjour Manon,

    Merci pour la citation de la Marmite dans ton article 🙂

    Pour parler d’autodidaxie, c’est pour moi quelque chose d’indispensable. On ne peut pas se cantonner à ce que l’on a étudié pendant notre jeunesse.

    Il faut aller plus loin car c’est à mon sens une source d’épanouissement. Par exemple, en ce moment je suis en train de rénover un appartement avec ma copine. Tu ne peux pas savoir le plaisir que ça nous fait de voir que nous avons réalisé toutes ces tâches (ponçage, peinture, pose de lino et j’en passe).

    De plus, faire de nouvelles choses garde notre cerveau en forme. Il cherche à résoudre les nouveaux problèmes auxquels il est confronté.

    Excellente continuation avec ton blog !
    Alex

    • Ambitions Plurielles Auteur 29 juin 2015 à 8 h 19 min

      Merci pour ton retour ! Effectivement, être autodidacte, c’est aussi maintenir son cerveau en éveil et en forme !
      Bonne continuation également, au plaisir !

Laisse un commentaire !