Sais-tu (te) dire non ?

Hello ! L’école a repris cette semaine et donc le travail pour moi aussi.

Pour ce premier article depuis la reprise, je voulais te faire part de quelque chose que je réalise tout juste et dont je suis assez fière : de plus en plus, j’arrive à dire NON.

Télécharge gratuitement un template à imprimer pour planifier ton travail efficacement et sereinement

>>> Clique ici ! <<<

J’ai vécu ces derniers jours comme des tests : plusieurs fois, j’ai été confrontée à des choix, à des réponses à donner devant des demandes, des sollicitations ou des propositions professionnelles, à des invitations, à des pressions personnelles…

Sais-tu (te) dire non Ambitions Plurielles (2)

Le tout, pas toujours facile à gérer car tiraillée entre : ce que l’on voudrait que je fasse // ce que l’on va penser de moi // ce qu’il faut absolument que je fasse // ce que j’ai réellement envie de faire // ce que mon corps et mon esprit peuvent accepter // […]

Ce serait certes, beaucoup plus facile de dire oui, tout le monde serait satisfait… Enfin, à part peut-être… MOI au final !

Savoir dire non aux autres mais aussi non à soi-même quand il le faut, c’est fondamental, y compris pour le bon équilibre vie privée – vie pro. (Je donne plus bas quelques pistes pour ça !)

>>> Par exemple [minute confidences] : Depuis que je suis entrepreneure, je ne sais plus ne rien faire. Honnêtement, j’ai encore beaucoup de mal aujourd’hui car je me mets une certaine pression, je me dis qu’il y a toujours quelque chose à faire, à apprendre, à améliorer, etc. Sauf que : certes je suis une « solo-preneur » et donc indispensable à mon entreprise par définition, mais quand je sens que mon corps et mon esprit ont envie d’aller vers autre chose, un peu de repos ou de distraction par exemple, IL FAUT que je m’écoute. C’est un signal d’alarme pour me dire que je sature et que de toute façon si je continue à travailler, ce sera mal fait. C’est pourquoi, je parviens aujourd’hui à me dire non quand je suis tentée de travailler tard le soir au lieu de me détendre devant un film avec mon mari, que je pose mon smartphone loin de moi dans la maison lorsque je joue avec ma fille, pour me signifier : « non, ne réponds pas maintenant à tes mails, ni à tes commentaires sur facebook, lâche prise et profite de ce moment ». De temps en temps, j’écoute aussi enfin mon corps en m’accordant une pause, à ne rien faire (même si, entre nous, il y a encore du boulot de ce côté !)

 

Savoir SE dire non, c’est une chose. Certes, pas des plus faciles d’ailleurs lorsque l’on est assez exigent avec soi-même. Mais savoir dire non aux autres, peut-être encore plus compliqué…

Je suis sûre que tu sais de quoi je parle, que tu as déjà été déstabilisée par des cas de conscience, des tiraillements, de grosses hésitations, n’est-ce pas ? Ne pas oser dire non, par peur de vexer, de culpabiliser, des conséquences, etc.

 

Mais ne pas oser dire non, ce n’est pas bon, ni pour toi, ni pour les autres si au final tu finis par faire des choses sans en être convaincue, par contrainte.

>>> Savoir dire non peut être salvateur. C’ est quelque chose qu’il faut absolument apprendre à faire (et je te rassure, c’est possible à tout âge !) car le contraire est source de beaucoup de maux : regrets, surmenage, effacement de soi, risque de faire dans la quantité mais pas du tout dans la qualité… Et j’en passe !

“Un homme en colère est un homme qui n’a pas su dire non et éprouve, en plus, le remords de ne pas l’avoir fait.” Tahar Ben Jelloun

La question est donc :

Sais-tu (te) dire non Ambitions Plurielles

 

>>> Si ta réponse est : non // parfois // pas assez // je ne sais pas… Alors lis bien cet article jusqu’au bout, j’ai quelques pistes pour te faire réagir et pour t’inciter à dire non quand il le faut.

 

1. La première des choses, qui peut paraître simplissime mais en réalité cela ne va pas toujours de soi :

En venir à dire non, cela suppose qu’il y avait un choix à faire, que que l’on nous a donc posé une question (même si celle-ci peut prendre des formes diverses, dans le fond, c’est tout de même une question).

Qui dit question, dit plusieurs réponses possibles.

Donc : la personne qui vous demande quelque chose doit s’attendre à ce qu’il y ait plusieurs options de réponses, pas seulement un oui, sinon, cela ne s’appelle plus une question mais un ordre, nuance. Si notre « non » dérange, il faut parfois savoir rappeler cette chose toute simple. 

 

2. Alors que le « oui » est assez simple à dire finalement, car dans la plupart des cas, c’est la solution de facilité, savoir dire « non » de temps en temps viendra pourtant revaloriser de « oui », lui donner de l’importance.

Un exemple tout simple : une maman qui dit oui à tout ce que lui demande son enfant ne sera pas forcément respectée par lui d’une part, mais son « oui » sera complètement banal, évident et même un dû aux yeux de son enfant. Et là, c’est le drame…je ne vais pas te faire un dessin.

Ensuite, il est évident que le « non » doit être juste, mesuré, raisonné,  pas systématique et même accompagné d’explications voire d’alternatives en guise compensation, quel que soit l’âge de son interlocuteur !

 

3. Quelques explications, oui, mais attention à ne pas non plus devoir se justifier de façon excessive.

Certes, je suis probablement comme toi, j’ai parfois peur de vexer, de blesser, de décevoir, de ce que l’on va penser ou dire de moi si je dis non…

Mais sache dire « NEXT » à ce type de pensée : Refuser de se plier à une demande peut être tout à fait légitime. En disant non poliment, avec un minimum de diplomatie, en expliquant brièvement pourquoi si nécessaire doit suffire pour que la personne comprenne. Pas besoin de justifications à rallonge, si la relation (pro ou perso) est basée sur la confiance, la sincérité et le respect mutuel, cela n’ira pas plus loin, on ne se détournera pas de toi, on ne t’en tiendra pas rigueur et on n’en viendra pas à te faire du chantage affectif non plus. Dans le cas contraire, tu seras en droit de te questionner sur le respect que l’on a pour ta personne, de l’acceptation de tes limites, de la nature intéressée de cette relation (mais c’est un autre sujet, je m’égare…).

 

4. Sache également tenir ton « non ». Tu as réussi à poser une limite, tu (t’) envois donc un message, il faut alors qu’il soit pris au sérieux et que toi-même, tu te prennes au sérieux.

Sauf pour des cas particuliers, bien sûr, où ton « non » deviendrait obsolète et donc ridicule, ne reviens pas sur ta décision car c ‘est ta crédibilité qui est en jeu.

C’est important pour ta propre estime, pour celle qu’ont les autres à ton sujet et enfin pour faciliter tes futurs autres refus.

 

5. Enfin, garde à l’esprit, comme je le dis souvent, que le fait de savoir t’écouter est très important, c’est un devoir même.

Refuser quelque chose parce que ton corps et/ou ton esprit risquent d’en pâtir est légitime et tu te dois cela.

Affirme-toi en tant qu’individu avec ses limites, ses désirs, ses aspirations, respecte-toi et exige que l’on te respecte dans ta globalité.

Apprendre à dire non quand il le faut, ce n’est pas une démarche égoïste contrairement à ce que l’on peut penser de prime abord et comme je l’explique ici.

C’est aussi être entière et sincère avec les autres, y compris avec soi-même et être capable d’offrir exclusivement le meilleur et de bon cœur.

 

!!! Avertissement : Cet article n’est pas une invitation à la procrastination, ni à l’égoïsme, ni au dictat du NON… Non, non non 😉 J’espère que tu auras bien saisi le message 😉

 

>>> Maintenant, à toi la parole, as-tu des anecdotes à partager ?

Sais-tu (te) dire non ?

Découvre comment d’autres femmes entrepreneures concilient leur vie privée avec leurs vies professionnelles palpitantes via un e-book collaboratif qui t’es offert ici !

6 commentaires

  • Safia 5 novembre 2015 à 19 h 21 min

    Super article. De tres bons conseils a mettre en application !

    • Ambitions Plurielles Auteur 5 novembre 2015 à 19 h 44 min

      Contente qu’il te plaise Safia ! Tu me diras si ces conseils fonctionnent pour toi 😉

  • Zaïneb 1 mars 2016 à 20 h 23 min

    Bon article! Je sais d’expérience que dans la vie professionnelle, comme dans la vie privée, savoir dire Non est une vraie compétence, qui s’apprend et se peaufine avec l’expérience.
    Avec le temps le sentiment de culpabilité s’estompe car comme tu le dis, savoir dire non « C’est aussi être entière et sincère avec les autres, y compris avec soi-même et être capable d’offrir exclusivement le meilleur et de bon cœur. »

    • Ambitions Plurielles Auteur 1 mars 2016 à 21 h 01 min

      Merci beaucoup pour ton retour Zaïneb !
      Oui, c’est essentiel de se sentir alignée avec soi-même et de savoir (se) poser des limites. Pour pouvoir avancer sereinement, c’est un passage obligatoire. Bien sûr, il s’agit de savoir dire non au bon moment et d’une façon appropriée, comme tu le dis, ça se peaufine avec le temps et l’expérience mais il fait absolument l’apprendre pour pouvoir se respecter.
      Au plaisir d’échanger avec toi 😉

  • Sandra 26 juin 2016 à 15 h 39 min

    Un super article dont je suis une vraie caricature du haut (plutôt bas en fait) de mes 3 burn-out. J’ai un blocage sur le fait de me mettre en priorité, couplé à une curiosité maladive je dis non à tout et n’importe quoi… mais je me soigne, doucement ! Merci pour ton article, belle piqûre de rappel !

    • Ambitions Plurielles Auteur 26 juin 2016 à 18 h 16 min

      Merci pour ton message et pour ta visite Sandra ! Si ça peut te rassurer, je crois qu’on se soigne toutes, chacune à son échelle ! 😉 l’important étant d’avoir conscience de ses limites et de ses priorités pour essayer de les respecter au max !
      Au plaisir !
      Manon

Laisse un commentaire !