Développement personnel et dérives sectaires…

C’est en lisant une newsletter de Flora Douville  « F**k les automatismes du développement personnel » que j’ai eu le déclic : il est temps que je te parle de l’une de mes expériences… Dans une secte !

Flora poussait un coup de gueule à propos d’un stage qu’elle avait fait sous couvert de développement personnel. Elle racontait ce qu’elle s’était infligée de faire, pour suivre le mouvement et ce goût amer qui lui restait aujourd’hui.

Sous de belles promesses de mieux-être intérieur, d’alignement avec sa féminité, etc… Elle était en fait tombée dans un stage qui n’avait en rien réglé ses problèmes du moment. Elle ne s’était pas sentie à l’aise ni respectée pour ce qu’elle était. Elle avait juste ressenti des injonctions à se conformer à ce que faisaient les autres, à ce qu’il « fallait » faire.

Pire, elle se demandait si elle n’avait pas un sérieux problème puisqu’elle culpabilisait presque de ne pas réussir à rentrer dans le moule… Dans cette vision limitée et bien particulière du développement personnel.

Elle en parle aujourd’hui avec beaucoup d’humour et pointe du doigt des automatismes induits par une certaine vision du dév’ perso.

Une vision bien bancale, qui ne lui avait pas du tout permis d’avancer. Ni réellement, ni durablement et ni seule, une fois sortie de ce stage.

Selon elle, c’était le genre d’expérience qui t’emmène sur un nuage pendant une semaine, avant de te faire bien redescendre dans ta merdouille et ta solitude ensuite…

 

En lisant son histoire, j’ai repensé à une expérience dont je me serais bien passée, mais qui finalement, m’a beaucoup appris.

Aujourd’hui, j’ose enfin la raconter ici, parce que je me dis que ça peut être utile.

Elle n’était pas directement liée au développement personnel mais vu l’histoire de Flora et ce que j’ai pu apercevoir de bien « spécial » sur le net, je me rends compte que c’est exactement le même processus, les mêmes dérives que l’on peut retrouver, quelque soit le domaine.

Depuis le temps, j’ai eu l’occasion de prendre du recul, d’analyser ce qui c’était passé pour moi et de croiser mon expérience avec les processus d’enrôlement sectaires. J’y ai vu plus clair.

 

 

Le côté positif que je peux tirer de cette expérience, c’est de pouvoir aujourd’hui avertir d’autres personnes en leur mettant la puce à l’oreille si jamais elles croisent la route de praticiens, de groupes… un peu limites.

Lire davantage