A quoi je dois ma réussite…

Bonjour !

J’espère que tu vas bien et que mon dernier podcast t’aura inspiré ?

Aujourd’hui, je voulais te parler de ma réussite et de ce qui y a largement contribué…
(Lis jusqu’au bout, je partage avec toi des pistes inspirantes + une très concrète !)

Dernièrement, des amies et des clientes, m’ont fait remarqué que quelque chose avait changé chez moi.

Qu’il y avait eu une bascule, que ma réussite se sentait davantage.

En réalité, je considère que je réussis depuis un bout de temps…
Mais peut-être que ce n’était pas assez perceptible de l’extérieur.
Peut-être qu’aujourd’hui, je n’ai plus de « problème » à affirmer ma réussite et c’est pour cela qu’elle se sent, qu’elle se voit davantage ?

Je ne sais pas…

En tout cas, puisque l’on vient m’en parler, je me dis que ça peut aussi t’intéresser de savoir à quoi je dois ma réussite ? Que je t’explique les ingrédients que j’y ai mis, mes étapes décisives et que je te donne quelques pistes inspirantes à t’approprier, voir du très concret

On y va ?

Pour commencer, tu auras remarqué que je ne parle pas de LA réussite, mais de MA réussite.

Car si tu me suis depuis un petit bout de temps, tu sais que pour moi, il n’y a pas une seule façon de réussir et que quelques soient tes ambitions, elles comptent.

Si c’est ton but dans la vie de devenir millionnaire, je respecte !

Si ta réussite dépend avant tout de ton équilibre, je respecte !

Si tu veux surtout kiffer ce que tu fais au quotidien, je respecte !

Et si tu veux tout ça, je respecte aussi !

Donc première chose, à graver dans la roche : S’accrocher à un idéal qui n’est pas le tien ne te satisfera jamais.

Ce qui fait que je réussis, c’est aussi parce que je me suis affranchie des modèles de réussite qui ne me correspondaient pas, que la société ou même mon entourage pouvaient m’ inculquer, et sans aucun regret.

Certes, nous sommes de plus en plus nombreux à travailler « autrement », de chez soi essentiellement, à des horaires choisis et non pas subis, en solo, à son compte…

Mais ce n’est pas encore tout à fait rentré dans le mœurs !


J’ai beaucoup de personnes fonctionnaires ou à des postes salariés classiques autour de moi, donc forcément, mon mode de vie et de travail sort du lot.

>>> Ce que j’en tire, c’est une grande fierté.

Parce que je me suis faite toute seule, que j’ai créé mon propre emploi et que je n’ai rien attendu de qui ni de quoi que ce soit.


Je n’ai pas eu à attendre que quelqu’un daigne à m’offrir un job adapté à mes envies, ma personnalité, ma façon de travailler. Et je n’ai pas eu à me morfondre dans un job qui allait difficilement ou trop rarement, me satisfaire.

N’y vois aucune prétention ! Mais sérieusement, ma réussite, c’est aussi d’avoir créé, construit quelque chose plutôt que d’avoir attendu après qui ou quoi que ce soit, ou bien d’être restée passive… et un beau jour, en colère.

Je sais qu’entreprendre n’est pas fait pour tout le monde et je ne veux pas te laisser croire que c’est trop fass’, comme dirait ma fille (traduction : trop facile).
Mais il n’y a aucune voie, aucun choix pro qui le sera du début à la fin.
C’est juste que chacun.e, nous avons la possibilité de choisir les efforts que l’on souhaite faire.
Moi, j’ai choisi en conscience de me diriger vers l’entreprenariat. Et en effet, c’était fait pour moi.

Ce qui fait que tu réussis, c’est donc de choisir plutôt que subir.
D’être actrice et non pas spectatrice.

Ma réussite, je la dois aussi à ceux et celles qui m’ont soutenu, à commencer par mon mari, qui me supporte, moi et mes aventures entrepreneuriales au quotidien depuis pas mal d’années.

Mais je la dois aussi à tous les sceptiques que j’ai croisé sur mon chemin !
Si tu en rencontres ou si tu en as dans ton entourage, sache qu’ils sont indispensables à ta réussite ! (Limite, remercie-les !)

Si tu parviens à les voir comme des moteurs, comme des opportunités (non pas de te démolir mais) pour te regonfler à bloc pour (te) prouver que bien sûr, tu es capable d’y arriver !
Dans ce cas, je t’assure qu’ils ont un super rôle à jouer dans le scénario de ta vie pro…

Je dois ma réussite à la passion que j’ai réussi à mettre dans mon activité.
Puisqu’elle est flexible, modulable et que je porte une mission qui me tient à cœur à travers elle, je ne m’en lasse pas. J’ai un carburant puissant.

Je reviens sur le fait de réussir en ayant sa propre définition de la réussite :
Tu l’auras remarqué, je n’aime pas particulièrement parler de chiffres.

Combien j’ai fait de chiffre d’affaire le mois dernier, etc… Ce n’est pas mon truc.
Pourquoi ? Parce que même si j’assume de plus en plus de (bien !) vivre de mon activité (cf. gros travail sur le rapport à l’argent, comme tout un chacun, qui n’en fini jamais), eh bien je sais aussi que le fait de donner des chiffres peut-être violent, suivant la réalité de chacune.

Quand j’ai démarré dans l’entreprenariat, avec l’Atelier Fleur de Mai – ma première boîte dans laquelle je vendais mes créations déco – il m’arrivait de ne faire que quelques dizaines d’euros pas mois !!!
Mais si tu savais la satisfaction que je ressentais dès qu’une commande de 30€ était passée sur ma boutique en ligne, même si, certes, je ne pouvais pas vivre de ça… Et ça me plombait le moral à la longue…
A l’époque, quand j’entendais des coachs parler de gagner 10 000€ net, tous les mois, clairement, pour moi c’était violent !

C’était trop éloigné de MA réalité.

C’était trop loin de ce que je voulais aussi gagner à l’époque, puisqu’un SMIC m’aurait paru déjà être un salaire de fou par rapport au travail-plaisir que j’avais et compte tenu de mes besoins.
J’avais des ambitions qui étaient ce qu’elles étaient à l’époque. Avec d’abord la priorité sur une qualité de vie perso, car je pouvais m’occuper de mon bébé.  Et si mon rêve était de toucher l’équivalent d’un salaire minimum dans ces conditions, il était loin d’être ridicule.

En discutant avec des clientes et des amies d’un peu partout en France et dans le monde, je peux témoigner que l’on a pas du tout les mêmes niveaux de vie et donc les mêmes aspirations en terme de recettes financières, si on vit en Suisse, à Paris, en Province, au Maroc ou à Tahiti !
Alors si on rajoute à ça, les personnalités, les modes de vie, les objectifs et les priorités de chacune… Je peux te dire que ça en fait des définitions de la réussite !

Donc tu comprendras que je n’aime pas parler de chiffres. Pour moi ils ne veulent rien dire.
Ce qui a du sens, c’est si oui ou non, ceux que tu parviens à générer via ton activité son satisfaisants pour toi ou pas.

Quel que soit ton niveau de satisfaction, je respecte et je ne te juge pas.
Il n’y a pas de trop ou pas assez ambitieuse.
Il y a juste, ce que tu veux, ce que tu choisis, en fonction de ta propre réalité, de tes propres rêves.
Tu es assez grande pour les choisir toi-même et pour décider quels types d’efforts tu es prête à faire pour atteindre ton but.

Pour ma part, je dois ma réussite à un équilibre global que je vise en permanence.
Si j’atteins des chiffres élevés mais que je n’ai pas pu profiter de moments agréables avec ma famille, ça n’aura aucune saveur.

Ma réussite se vit au quotidien.


Il n’y a pas que la destination qui compte, bien au contraire : Le chemin va durer plus longtemps, il va te façonner et c’est donc tout au long que tu dois penser à ton équilibre, à ce qui compte pour toi.
Si certaines choses disparaissent avant l’arrivée (ta santé, des proches…), tu pourrais bien t’en mordre les doigts.
Alors fais en sorte de profiter du chemin aussi.

C’est de plus, ce qui te donnera l’énergie nécessaire pour avancer, pour créer de la richesse.
Si tu n’es pas bien, ton business n’ira pas bien non plus.

Je vais terminer ce long monologue par une solution concrète qui pourra t’inspirer, que j’ai utilisé pour réussir à ma façon. C’est un des moyens que j’ai mis en place dans mon activité, pour allier résultats financiers satisfaisants et ce qui me passionnait (transmettre) : il s’agit de la formation professionnelle.

Puisque ma mission est d’aider un maximum de femmes à identifier et à prendre la place qui leur va dans le monde pro, et que cela passe pour certaines pas des créations et des développements d’entreprises, je voulais pouvoir aider aussi, celles qui ont peu de budget à investir dans des accompagnements.

Se former, se faire accompagner est bien sûr, une étape incontournable pour réussir et je crois que peu d’entrepreneur.e.s à succès te diront le contraire.

Cette étape, je l’ai rendue accessible grâce à des prises en charge possibles sur mon catalogue de formation.
Là, les freins financiers se sont envolés et depuis, je ne cesse de signer avec plusieurs clientes en parallèle.
Résultat : moi je suis plus que satisfaite au niveau financier + je peux accomplir ma mission, car j’ai des clientes avec qui je la concrétise + j’aide véritablement des clientes en leur transmettant des savoirs et savoirs-faire utile à la création ou au développement de leur entreprise, qui favoriseront leur propre réussite.

Donc, j’ai quelque chose à te proposer, si tu es déjà à ton compte et que tu souhaites toi aussi transmettre tes connaissances à tes client.e.s. SI tu veux leur apporter de la valeur pour qu’ils soient ensuite autonomes, sans pour autant qu’il y ait la barrière du prix pour bénéficier de tes services.

Parce que comme moi, tu ne peux pas travailler et tenir sur la longue avec des revenus insatisfaisants et tu as peut-être des client.e.s qui n’ont pas les moyens de se payer tes services.

Dans ce cas, j’ai une solution concrète à te proposer, c’est de te former auprès de ma super pote-business, Amel Rachem pour devenir formatrice pro à ton tour.

Pour la petite histoire :
Nous nous entraidons et nous soutenons mutuellement depuis de nombreuses années dans nos projets pros. Début 2017, nous avions passé un pacte : faire de nos activités pros respectives des organismes de formation pro.

Nous nous sommes engagées l’une envers l’autre parce qu’on savait que le chemin allait être compliqué sur le plan administratif et qu’il allait falloir s’entraider, s’encourager pour aller jusqu’au bout.
C’est ce que nous avons fait. Après avoir bien bataillé, j’obtenais à l’automne le saint Graal : l’enregistrement en tant que formatrice pro auprès de la DIRECCTE + le référencement qualité Datadock, indispensable pour demander des prises en charge de mes formations à distance.

Cet automne 2018, j’ai obtenu un référencement qualité supplémentaire, pour dispenser de la formation pro en présentiel… Et Amel, qui avait eu la bonne idée de tout faire dès le départ, m’a donné de sacrés coups de pouces pour tout valider.

Alors, je suis ravie de t’annoncer qu’elle a décidé d’aider beaucoup plus d’entrepreneur.e.s à franchir cette étape, qui fait peur à beaucoup, en lançant une formation très complète sur le sujet :
Tu auras tous les ingrédients qui te faciliteront la tâche concernant les démarches administratives à effectuer, mais aussi pour la partie plus concrète : la création et l’animation de formations.

La prochaine session a lieu à Paris, en février, sur deux journées.
Pour une totale transparence : en tant que partenaire, je toucherai une commission si tu passes à l’action.

Et si je te recommande cette formation, c’est parce qu’elle peut être un véritable tremplin et que je sais que tu ne la regretteras pas…

Découvre le programme et les modalités ici.


Et maintenant, je suis curieuse de savoir quelle est ta propre définition de la réussite ?
Selon toi, est-ce qu’ il te manque quelques ingrédients pour que ça fonctionne ?
Est-ce que tu réussis à apprécier et à éprouver de la gratitude pour ce qui se présente actuellement sur ton chemin ?

N’oublies pas, quoi qu’il en soit, que tu peux être actrice et choisir

Avec bienveillance,

Manon

Laisse un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.