Assumer sa multipotentialité, ça peut donner quoi ?

Voici un article auquel je pense depuis des semaaaaiiiines et que je prends enfin le temps d’écrire !

Si tu te reconnais à travers ce fameux profil « mutlipotentialiste », tu dois aussi connaître ces envies de mener des tas de projets à la fois ? Par exemple, des sujets d’articles intempestifs qui surgissent de nulle part, comme des pop ups, à longueur de journée.

Du coup, avec le nombre d’heures dont nous disposons pour nous en occuper, moins les heures de sommeil, de repas…, il faut bien faire des choix.

Mon astuce, c’est que je note quelque part les sujets qui me viennent et qui à priori me font vraiment vibrer.

Histoire de ne pas les oublier et pour laisser le filtre du temps faire son effet.

Si au bout de quelques semaines, cette idée ne m’a toujours pas lâchée, je décide alors de faire une place dans mon planning pour m’en occuper vraiment.

Alors voici le moment de te parler de ce que peut donner cette multipotentialité, une fois qu’on la connaît et qu’on commence à l’accepter.

Mais avant de démarrer, si pour l’instant, tu n’es pas encore sûre de saisir le sens de ce mot et s’il peut s’appliquer à toi, je t’invite vivement à lire cet article et à visionner la vidéo qui s’y trouve. Par contre,  je te préviens, tu vas peut-être vivre une révélation ! ^^

Ensuite, reviens par là, j’ai pas mal à ta raconter, qui pourra t’inspirer…

Assumer sa multipotentialité, ça peut donner quoi ?

« Vous avez 4 heures ! » (rires).

Sérieusement, c’est une grande question sur laquelle je planche depuis un petit bout de temps !

Je me demande souvent comment ça se serait passé pour moi, à commencer par mes études parfois sans queue ni tête… Puis, ce que j’aurais pu proposer de mieux, dans la première entreprise que j’avais créé, si j’avais compris plus tôt que j’avais un profil multipotentialiste et que si, si, tout allait bien chez moi.

Première chose : oui, ça va bien chez moi, contrairement à ce que l’on avait réussi à me faire croire.

Si je prends un peu de recul et que je repense à mes années d’études : des langues, de la sociologie, des sciences de l’éducation, de l’enseignement du FLE… Avec une stratégie derrière ou une idée de métier qui pouvaient changer chaque année, voire tous les mois… J’avoue.

Il fallait me suivre !

Pour mes parents, surtout mon père, je sais que ces changements d’orientation un peu trop fréquents l’ont inquiété. Même si j’étais bonne élève et que j’ai réussi à valider tout ce que je commençais, ce n’était pas très classique tout ça et il aurait fallu que je puisse avoir « un vrai métier » ensuite, qui soit reconnu et reconnaissable.

Je sais bien.

Mais je ne pouvais pas faire semblant.

M’entêter à aller jusqu’au bout pour devenir prof d’espagnol comme j’en avais envie à une époque (pendant un an on va dire, mais je suis large ! ^^), même si rapidement, j’aspirais à d’autres horizons… En y repensant aujourd’hui, je n’aurais pas pu !!!

Je suis convaincue que je me serais sentie très vite étouffer, enfermée dans des études puis un job qui ne me parlaient finalement pas plus que ça.

Il aurait fallu que je renonce à tout ce qui m’intéressait à côté.

Je pense être quelqu’un d’enthousiaste pourtant et de foncièrement optimiste.

Ce n’est pas le problème.

Je n’ai pas peur de me lancer dans un nouveau domaine et pleinement !

D’en capter les codes – assez vite d’ailleurs – de pouvoir m’adapter  sans grande difficulté.

Mais je pense aussi être capable d’entrevoir assez rapidement si oui ou non le potentiel épanouissement est là.

Dans cette logique, je considère mes années d’études comme une période d’explorations, que je ne regrette pas du tout.

Chaque filière choisie a été l’occasion de m’enrichir et finalement, je suis à même de faire des liens entre tous ces divers domaines qui m’ont attirée.

Les points communs qui regroupent tout ce que j’ai étudié : le côté transmission de savoirs, les sciences humaines et l’aspect social. Si je veux aller plus loin, on pourrait tourner autour de quelque chose comme apprendre à se connaître pour mieux transmettre et aider.

En l’écrivant, je me rends compte qu’aujourd’hui encore, c’est ce que je retrouve dans mon métier !

Ce métier dans lequel je m’éclate et que j’ai, cette fois, créé sur mesure pour que tout puisse rentrer !

Donc, sous une apparence inconstance, il y a pourtant, des liens et une certaine harmonie à qui voudrait le voir.

Pour ce qui est de mes études, j’avais l’impression de me chercher sans cesse, pour ne jamais réussir à trouver LA voie.

Parce que finalement, il aurait fallu que j’accepte qu’une seule ne m’aurait pas suffit.

J’avais besoin de faire des ponts, entre la sociologie – les sciences du langage – et celles de l’éducation. Entre mes études en Espagnol – en Français Langue Étrangère – et les pédagogies alternatives…

Assumer ma multipotentialité à l’époque, n’aurait peut-être rien changé. Car de doute façon, je n’imagine pas avoir pu faire autrement.

Donc zéro regret, quand je regarde aujourd’hui et avec un peu de distance, ce parcours atypique qui fait aujourd’hui ma force.

Certes, je l’aurais peut-être mieux défendu auprès de mon entourage et de mes recruteurs… Mais là encore, j’assumais déjà pas trop mal.

 

Là où mon expérience va être encore plus parlante, c’est lorsque j’ai lancé ma première auto-entreprise, en tant qu’autodidacte.

Après la naissance de ma fille et pas mal de bouleversements perso, je voulais certes, reprendre le travail mais il m’était inconcevable de continuer le même.

Je quittais alors un poste dans l’Éducation Nationale, auprès de jeunes en réinsertion scolaire ou professionnelle.

Ce job, que je faisais depuis quelques années, me plaisait beaucoup mais demandait un gros investissement personnel. Et à ce moment-là de ma vie, j’avais d’autres priorités.

Je voulais pouvoir concilier plus sereinement ma nouvelle vie de maman avec mon travail.

J’étais alors prête à faire des tas de métiers différents pour ça.

Et là, gros dilemme : de nombreux domaines m’attiraient !

J’étais prête à reprendre des études et à repartir de zéro s’il le fallait, si je parvenais ensuite à faire un job sympa, pour me mettre à mon compte et décider librement de mes horaires.

Peu importe dans quoi j’allais me lancer !

Je savais que je pouvais apprendre et me débrouiller pour lancer une petite activité. Une fois dedans, j’aviserai !

 

Quelques semaines de réflexion plus tard et mon choix s’est finalement porté sur le lancement d’une boutique en ligne, proposant mes propres créations de décoration murales.

J’ai toujours aimé créer des choses de mes propres mains, je suis aussi fan de décoration, grande adepte du Do It Yourself, j’aimais faire des créations pour offrir et j’avais des retours encourageants autour de moi… Donc, pourquoi pas ?

Même pas peur à l’époque !

J’ai donc fait mes petits tableaux, au feeling, créé un blog dédié au DIY en parallèle, rédigé des rubriques travaux manuels pour des magazines et organisé des évènements autour du fait main.

Je me suis éclatée un temps, à apprendre tous ces nouveaux métiers que nécessitaient mon activité ( photographe, artisane, e-commerçante, community manager, organisatrice d’évènements, gestionnaire de stocks et d’envois de marchandises,…) et j’aimais passer d’une tâche à l’autre.

Une belle expérience, vraiment  !

Mais à ton avis, qu’est-ce qui a fait que j’ai arrêté ?

Outre la difficulté à vivre décemment de cette activité et mes aspirations à mener une mission « plus grande » que ça… J’ai expérimenté un bon syndrome de l’imposteur dû à ma multipotentialité, que je n’ai pas assumé comme il se devait.

Si tu as déjà ressenti ça toi aussi, mon témoignage devrait te parler :

Assez rapidement, au gré de mes créations et dès que l’une d’entre elles faisait un flop en me restant des mois sur les bras, je cherchais à comprendre ce qui n’allait pas.

Pourquoi elles ne se vendaient pas alors que j’y mettais tout mon cœur ?

J’ai cherché des explications. Et ce que j’en déduisais, c’est que je n’avais pas de techniques poussées particulières, pas de spécialités. Que finalement, peut-être que mes clients potentiels se disaient : « je peux le faire moi-même, je ne vais pas l’acheter. »

Même si, je savais pertinemment qu’ils n’allaient jamais prendre le temps ni la peine de trouver les fournitures nécessaires, pour le confectionner ensuite et que contrairement aux apparences, ce que je faisait nécessitait un chouia de techniques à avoir.

J’ai d’ailleurs entendu ce genre de réflexion ou soupçonné que des personnes le pensaient très fort, lors de marchés où j’exposais par exemple.

Mais voilà, puisqu’il n’y a pas d’échec, mais juste des leçons à tirer de toute difficulté, j’en ai déduit que je devais me former dans une technique en particulier.

 

>>> Voici ce qui s’est passé :

Depuis toujours, j’étais en effet fascinée par les artisans d’art.

Ceux qui avaient un savoir-faire propre, parfois ancestral. J’admirais leurs techniques poussées, les gestes qu’ils avaient mis des années à apprendre, à maîtriser et à affiner.

Je me suis dis, la voilà la solution : je vais me spécialiser dans une discipline et j’en aurais fini avec ce syndrome de l’imposteur, qui me donne l’impression de faire du simple loisir créatif, que tout le monde peut faire !

Là encore, on en revient aux dilemmes : dans quoi me former ???

En art floral, en couture, en tissage, en calligraphie, en ébénisterie, en poterie, en vannerie, en peinture sur soie, en broderie, … MAIS TOUT M’INTÉRESSE !

J’ai passé des jours et des jours à rechercher des formations, des lieux de stage, sans que ce soit trop loin de chez moi non plus, car à l’époque, j’habitais dans l’Ariège et le choix n’était pas folichon…

J’ai fini par trouver une jeune femme tisserande, Zoé, qui accepta de me donner des cours chez elle, sur son métier à tisser à l’ancienne. Elle avait fait des études dans l’art et le design textile, pour ensuite développer son propre style de tissage tel que des tissus ou des bijoux en crin de cheval ! Wahou ! J’étais impressionnée par les techniques et le matériel qu’elle utilisait !

A mes yeux, elle incarnait LA légitimité dans l’artisanat.

Et à côté, je me sentais évidemment si petite !

Mais je décidais de faire un effort, de m’investir à fond dans ces cours pour apprendre, moi aussi, des techniques pointues, qui allaient en mettre plein la vue à mes clients potentiels, pour que cette fois, mon travail ne puisse à aucun moment faire amateur !

Un cours, deux cours, trois cours… ça y est j’ai compris le système du tissage. Mais… ça m’ennuie, graaaave !

Je savais que Zoé connaissait aussi d’autres techniques, de part sa formation. Alors je lui demande de m’apprendre la broderie plutôt. Là encore, je suis fascinée ! Cette fois-ci, ça me semble plus accessible, matériellement parlant déjà et puis au niveau de la technique.

Yess ! Ça y est je tiens THE IDEA ! Je vais faire des créations brodées !!!

Alors je m’achète tout ce qu’il faut, je passe toutes mes journées et mes soirées à ne faire plus que ça…

Mais, au bout de quelques mois, rebelote.

 

>>> Ce que j’aimerais te transmettre à travers mon histoire, c’est qu’à l’époque, je ne savais pas que je luttais en vain.

Je ne savais pas que j’étais multipotenitaliste ! J’ignorais d’ailleurs totalement le nom et l’existence de ce profil.

Si je pouvais revenir en arrière, voilà ce que je me chuchoterais à l’oreille : « Manon, tu n’as pas à vouloir te spécialiser dans un domaine en particulier et à t’en vouloir à chaque fois que tu te lasses et souhaites explorer autre chose.

Tu n’es pas une spécialiste mais une touche à tout, une multipotentialiste ! Ce n’est pas une tare, c’est juste toi, tu es comme ça et si tu l’assumes et surfes là-dessus, ce sera alors ta force !

Ne cherche pas à vouloir rentrer dans une case, à avoir un titre, une renommée dans un domaine précis en renonçant à tous les autres. Tu vas t’épuiser pour rien et risquer de t’éteindre. Tu vas emporter avec toi tout ton enthousiasme, ton goût pour apprendre et découvrir de nouvelles choses. Tu vas perdre ta personnalité et ce pourquoi tu es pourtant douée. »

 

Voilà ce que j’aurais pu choisir à la place, en sachant tout ça :

Affirmer ma multipotentialité à travers mes créations.

Plutôt que de proposer quasi uniquement des tableaux avec une touche d’art floral, j’aurais pu proposer toutes sortes d’objets de déco, mêlant diverses techniques, disciplines et matériaux !

J’aurais pu aller encore plus loin dans ma créativité, en faisant des ponts entre plusieurs domaines, tout en gardant un fil rouge, un style commun.

J’aurais pu par exemple proposer des collections (ce que je n’ai jamais fait !) sur des thèmes en particulier, comme par exemple, la pluralité, la passion, la gourmandise, la sérénité… (des trucs au hasard qui me viennent) Et créer toute une gamme d’objets, sans limites de formats, de techniques ni de matériaux, mais tous reliés par ce fameux fil rouge.

J’aurais pu aller plus loin dans la combinaison de mes compétences et de mes centres d’intérêt, en alliant à mon côté créatif, mon goût pour la transmission du savoir, mes compétences pour l’accompagnement à la réinsertion professionnelle et mon côté écolo : ça aurait pu donner des ateliers de restauration de meubles ou de créations artistiques à base de matériaux à recycler, à destination de personnes en marge du marché de l’emploi. Une façon de leur redonner confiance en valorisant ce qu’ils sont capables de réaliser tout en intégrant une équipe avec un projet commun, pour entrevoir de nouvelles possibilités…

Bref, comme ça, en cherchant un peu, j’entrevois plein de possibilités et les idées fusent dès que je pense à combiner plusieurs domaines !

Plutôt qu’ à vouloir m’enfermer dans des cases, dans des spécialités qui m’auraient étouffé et qui n’auraient pas pu me correspondre, j’aurais pu gagner en énergie, en temps et en motivation.

Il aurait fallu que je comprenne plus tôt que ma multipotentialité était un véritable atout pour proposer quelque chose de nouveau !

Il aurait été alors inutile de lutter. Des mois, des années.

Apprivoiser ce trait de ma personnalité, maintenant que j’en ai conscience, m’apporte tant.

 

Et puisque mon fil rouge aujourd’hui, est de permettre aux femmes de tous horizons, y compris à celles qui considèrent faire partie de la clique des multipot’, de trouver et de prendre leur place dans le monde professionnel, je ne vais pas m’arrêter à ces paroles pour t’aider.

Si j peux t’éviter de perdre du temps, de l’énergie et te permettre d’aller vers des projets pros plus en phase avec ta personnalité, tes aspirations et dans lesquels tu pourras rayonner, je vais tout faire pour ça !

Et justement,  j’ai mis sur pieds un programme en ligne innovant, qui combine toutes les recherches que j’ai effectué sur ce profil ces dernières années et mon expertise dans la reconversion professionnelle et la gestion de projets. Il s’intitule :

Apprivoiser sa multipotentialité pour en faire un vrai projet

 

Il se déroule sur une grosse semaine et à des dates précises. Clique ici pour découvrir le concept et les étapes du programme.

Si tu sens qu’il peut t’aider, alors fonce !!!

 

J’espère que cet article t’aura fait du bien ou du moins, rassurée.

Au plaisir de te lire,

Manon

11 commentaires

  • Aicha 24 janvier 2018 à 8 h 50 min

    Je te remercie beaucoup si tu savais le bie fou que ca me fait de te lire ! Je pensais vraiment etre une indecise mais je me rend compte que c est tout moi je m interesse a pleins de choses et quand j ai fait le tour j ai besoin de passer a autre chose j ai rit durant tout l article aujourdhui encore j ai tjr cette impression de me chercher sans cesse .. Merci Manon

    • Ambitions Plurielles Auteur 24 janvier 2018 à 19 h 55 min

      Un énorme Merci pour ton message ! Oui, ça fait tellement du bien de réaliser que l’on est pas seules à fonctionner ainsi et que finalement, tout va très bien chez nous !
      Cette curiosité que tu as pour des tas de domaines différents est aussi bien actuelle et adaptée à notre époque, où tout va très vite ! Le savoir est abondant et accessible facilement. Si l’on sait bien ce que l’on cherche et comment apprendre de façon à ce que cela nous soit réellement profitable, je crois qu’on a tout gagné 😉
      Au plaisir d’échanger avec toi Aicha !
      Manon

  • BAIN Christelle 24 janvier 2018 à 10 h 22 min

    Merci beaucoup Manon pour ton article car tu m’a fait réaliser que j’étais multipotentialite. Je me retrouve vraiment dans ton histoire (études).
    A bientôt

    • Ambitions Plurielles Auteur 24 janvier 2018 à 19 h 59 min

      Merci à toi Christelle ! Contente que cet article te parle et te permette de mieux te connaître ! Tu verras, ce trait de personnalité peut être un réel atout quand il est assumé !
      Au plaisir d’en apprendre plus sur tes études également…
      A bientôt !!!
      Manon

      • BAIN Christelle 25 janvier 2018 à 14 h 47 min

        Pour mes études j’ai fait une maternelle, un primaire et un collège normal. A la fin de mon collège je ne suis posé la question quel bac j’allais faire et je sais que le métier de secrétaire me plaisait beaucoup alors je me suis tournée pour un Bac Pro Gestion Administration. Pendant mon bac j’ai remarque que j’adore la matière d’Administration j’ai même eu une très bonne note au bac concernant cette matière. Ensuite j’ai fais juste 1 an de BTS Assistante de gestion PME/ PMI (Petite et moyenne entreprise ou industrie), je n’ai pas fait ma 2ème année car j’ai remarqué que le BTS ne correspondait pas à mon de métier de secrétaire mais j’adorai la matière de Communication. A la fin de mon bac mon idée de métier de secrétaire s’était beaucoup plus définit car je savait que je voulais être secrétaire mais dans le médicale et pas dans une entreprise. Et pendant mon BTS je me suis inscrite pour une formation de secrétaire médicale par correspondance et ça me plait énormément (je suis encore en train de faire ma formation).
        Et l’idée de créer un blog mais venue pendant ma formation quand j’ai arrêter mon BTS. J’avais déjà le thème car depuis toute petite j’adore les loisirs créatifs et le dessin (je prend actuellement des cours de dessin). Depuis quelque semaine je me poser des questions au niveau de mon métier je pense que je n’ai pas envie de travailler à temps plein en tant de secrétaire médicale je voudrai travailler à temps partiel pour aussi travailler sur mon blog. Il faut que je me renseigne réellement quand j’aurai fini ma formation.
        A bientôt
        Christelle

  • Pêche & Églantine 25 janvier 2018 à 9 h 53 min

    Je me retrouve énormément dans ton parcours et tes ressentis. J’ai découvert la multipotentialité à travers un TED Talk, je m’y suis tout de suite reconnue et pour moi, cela est une vraie chance !
    J’utilise ce trait de caractère au quotidien à travers mon blog et mes activités annexes. C’est vrai que mon job actuel ne me permet pas de développer tout cela mais je sais aussi que cela n’est que temporaire. Je construis mon projet d’entreprise en parallèle petit à petit et compte bien tout lâcher d’ici quelques mois.

    En tout cas merci pour ce témoignage,
    Bisous,
    Pêche

    • Ambitions Plurielles Auteur 25 janvier 2018 à 10 h 38 min

      Coucou Pêche ! Merci pour ton message !
      C’est top que tu puisses trouver ton équilibre entre tes différentes casquettes et passions, en attendant d’en faire carrément ton métier alors ! En tout cas, tu sais comment tu fonctionnes et tu travailles pour, ce qui doit déjà te faire beaucoup de bien !
      Hâte d’en savoir plus sur tes projets !
      Au plaisir de te lire,
      Manon

  • Myriam's arts 1 février 2018 à 20 h 28 min

    Woaw… je ne sais pas vraiment comment le dire.. la première chose qui me vient en tête c’est merci!
    J’ai fais le test sur la multipotentialité et apperement je le suis à 100%.
    Ça fait tellement de bien de lire votre témoignage et de s’y reconnaître totalement! Je me suis toujours sentie à part. Je ne savais vraiment pas quoi faire de ma vie avec aucune vrai qualifications et une multitude de passions. En fait ce n’est pas une tare, si on ne rentre pas dans une case! Je suis trés heureuse de l’apprendre. Encore merci.

    • Ambitions Plurielles Auteur 1 février 2018 à 21 h 20 min

      Ton retour me touche beaucoup !
      Je suis très heureuse si de part cet article, je peux faire retomber cette pression que tu avais peut-être sur les épaules et que finalement, tu peux avancer en ayant confiance en ton potentiel !
      Au plaisir d’avoir de tes nouvelles, en tant que multipotentialiste assumée 😉 !
      Manon

  • Laure 7 mars 2018 à 12 h 36 min

    Bonjour Manon, je suis toujours heureuse de tomber sur des articles sur le sujet car il y a encore tant de personnes qui pensent que c’est un problème d’être multipotentiel ! C’est important de montrer les côtés de ce mode de fonctionnement, surtout que je pense que le monde (dont le monde du travail) de plus en plus aux compétences et intérêts croisés. Et comme tu le montres si bien dans ton parcours on peut tout à fait créer un chemin à notre image regroupant nos multiples intérêts.

    Il me semble que j’avais déjà lu ton précédent article d’ailleurs, car je suis retombée sur ton blog récemment et je pense l’avoir déjà vu… en tout cas son nom ne m’étais pas inconnu et toi non plus ! Etais-tu sur le groupe fb « multipotentialité pourquoi choisir » ? (J’avoue à force de lire de nombreux blogs je suis un peu perdue !).
    J’ai également découvert ta formation sur la multipotentialité, c’est chouette 🙂

    Au plaisir !

    • Ambitions Plurielles Auteur 7 mars 2018 à 12 h 45 min

      Coucou Laure ! Merci beaucoup pour ton commentaire ! En effet, ta mémoire est bonne, j’ai déjà écrit sur le sujet et j’au fait partie à un moment donné du groupe facebook que tu cites. Possible que je n’y sois plus, par manque de temps pour y participer activement. 😉 Je suis ravie de te lire ici et sache que j’ai eu plusieurs fois l’occasion de citer ton superbe travail ! Je suis convaincue que plus de personnes seront sensibilisées à ce mode de fonctionnement, et plus les choses iront dans le bon sens, vers moins de culpabilité et plus d’épanouissement, sur le plan professionnel notamment !
      Au plaisir d’échanger avec toi !
      Manon

Laisse un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.