Pour transformer ce que l’on subit

Hello !

Comment te sens-tu en cette période si particulière ?

J’ai hésité avant d’écrire ce qui suit. Certainement par peur d’être maladroite.

Je me suis interrogée par rapport à la façon de continuer à communiquer dans ce contexte de confinement… Est-ce que l’on doit faire comme si rien ne se passait ? C’est très particulier d’assurer sa présence digitale dans ces conditions. Le malaise est palpable.

Je suis partagée entre : continuer de communiquer comme d’hab ; parler de ce qui se passe, du confinement, du virus, sachant que moi la première, je suis saoulée de ne lire que ça ; parler de tout ce que je propose qui reste de vigueur et qui peut être particulièrement utile vu les questionnements professionnels qui vont forcément émerger… Mais comment ne pas passer pour une opportuniste qui profite de la situation et de la détresse de certaines ? Je vois passer certaines choses que je trouve très maladroites… Et en même temps, sachant que les TNS (travailleurs non salariés), indépendants et micro-entrepreneurs risquent de ne pas avoir de revenus, il faut bien qu’ils continuent et peut-être de plus belle…

Bref, comment trouver le juste milieu ?
J’en ai donc parlé ouvertement sur les réseaux, j’ai fait le point sur mes intentions, j’ai remis au centre la nécessité de maintenir le lien, la responsabilité dont je me sens investie et qui est plus que jamais de circonstance. Résultat, c’est totalement ok et je vais continuer à communiquer, au feeling et en totale transparence. (Et je ne peux que t’encourager à faire de même, à ta façon, sans avoir à te sentir mal à l’aise.)

Dans cet article, je voulais donc partager avec toi de bonnes ondes, pour transformer ce que l’on subit tous et toutes en ce moment.
Et j’ai plein de choses pour toi.

Quelques pistes de réflexions et ressources pour transformer ce que l'on subit dans ce contexte de confinement si particulier...



Avant ça, pour commencer, petit topo sur la situation et grosses pensées à toutes les personnes qui se retrouvent dans des situations peu confortables, voire pas du tout.

Pour les solopreneures comme moi qui ont choisi de bosser de chez elles, il est probable que cette période de confinement ne change pas grand chose.
Pour info d’ailleurs, toutes mes formations et accompagnements en ligne sont maintenus. Seuls les formats en présentiel sont reportés pour l’instant.

Le télétravail, le fait de savoir s’auto-discipliner pour travailler efficacement de chez soi, de s’offrir des conditions de travail optimales ( et de devoir encaisser les réflexions des sceptiques, qui pensent que de chez nous, on ne travaille pas vraiment…)… C’est déjà notre lot quotidien !

Là, ce qui change pour bon nombre d’entre nous, c’est d’avoir du monde à la maison… (Enfants, parents ou proches dépendants, conjoints…) Et là, ça se complique !

On peut vite se retrouver avec des journées très très chargées, à devoir s’occuper de tout ce petit monde ET de notre activité.
On se met une bonne pression pour continuer à travailler, conjuguée à celle de surveiller, d’occuper enfants & co, puisqu’ils sont là…
Et même si la répartition des tâches est de rigueur avec le conjoint ou autres personnes qui partagent ta vie… C’est quand même pas tout à fait la même, quand tu sens une présence à côté de toi, VS quand tu es seule dans ta bulle pour travailler… En tout cas, personnellement, je le vis comme ça (on va pas se mentir), même si mon mari assure pour un tas de choses.

Alors, je me demande si je ne suis pas un chouia victime de ce fameux syndrome de présentéisme (en plus de la quête de perfectionnisme).
A vouloir être à fond dans tous les rôles que j’ai choisi d’endosser : pros, persos, mais cette fois-ci, tous-en-même-temps.
La conséquence est sans appel : totale contre-productivité !

Alors, ce qui m’a fait du bien, que j’avais envie de partager avec toi et qui peut s’appliquer à d’autres contextes, c’est d’entendre Philippe Meirieu, spécialiste en Sciences de l’Éducation (que j’avais étudié à la fac), parler de l’importance de se préoccuper, plus que de s’occuper de ses enfants dans ce contexte de confinement. Nuance.

Se préoccuper d’eux dans le sens de se soucier de ce qu’ils ressentent, de comment ils vivent la situation et de leur faire savoir que cela a de l’importance pour nous. De privilégier ça, plutôt que de se mettre la pression à vouloir les occuper du matin au soir en enchaînant les activités.
Je crois justement que c’est l’occasion de réapprivoiser le vide, l’ennui, qui fait malheureusement peur à tellement de monde. D’être face à nous-mêmes et d’apprendre à apprécier ça, petits et grands.

Je crois que c’est une opportunité, non seulement pour nous, mais aussi pour montrer l’exemple. Que ce n’est pas nécessaire d’être toujours, toujours dans le « faire », et que « ne rien faire », c’est génial aussi.

Apprendre à apprécier et à se suffire de sa propre compagnie, à être bien seul.e par moment, c’est important. #selflove.


S’il y a une certitude, c’est que nous allons finir nos jours avec une seule personne : nous-même. Et c’est quand même mieux de l’apprécier et d’apprendre à la connaître (cette personne-là).

On pourrait aussi parler de ce vide créateur nécessaire, qui ne peut exister lorsque tout est rempli à ras bord.

Je ne sais pas toi, mais après avoir vite saturé des réseaux sociaux avec toutes ces infos anxiogènes et contradictoires ces derniers jours, je me suis déjà mise en retrait, et très vite, l’inspiration, les idées se sont présentées.

Bref, je m’approprie plus que jamais ce concept de « slowlife » et j’en savoure les vertus.

Je suis convaincue que l‘on peut transformer ce que l’on est en trait de subir, de façon à redevenir actrices, en décidant de ce que l’on fait avec ce que l’on a. 

On peut toutes faire preuve de créativité.

Choisir de faire émerger des solutions nouvelles en partant de cette situation.
Comme je le disais sur les réseaux, ce n’est pas du déni ni de la naïveté. Je crois au contraire que cela demande plus de réflexion, de courage et que c’est même une forme de résistance face à la panique ambiante.

Et personnellement, ce qui m’impressionne, ce n’est pas le succès d’un projet qui s’est construit dans des conditions optimales.

C’est plutôt lorsque des initiatives prennent vie au milieu de situations improbables, lorsque ce n’était pas gagné d’avance et qu’il fallait conjuguer avec les moyens du bord. Là, c’est balaise.

Et je suis sûre que tu es balaise aussi.
Que tu peux faire naître de très belles choses à partir de ce contexte que tu subis.
Qu’est-ce que tu peux faire ?
Comment tu vas gérer, t’occuper, rebondir face aux difficultés ?
C’est toi la mieux placée pour le savoir.
C’est toi qui sait ce dont tu as envie, ce qui te convient, ou alors, ce que tu vas devoir tester pour le savoir.

Personnellement, je n’ai pas attendu cette situation pour proposer ce qui me tenait à cœur et endosser ma mission.
La responsabilité dont je me sens investie envers toi, pour favoriser ton épanouissement professionnel global et durable, reste la même.

C’est pourquoi, voici un petit récap’ des ressources que je mets à ta disposition en permanence.
Selon tes besoins, tes envies, ce sera à toi de faire le pas.
Tu sauras que c’est là pour toi.



> Mon livre « Ne me définissez pas, je m’en charge ! »
Pour travailler en profondeur sur ce qui sera synonyme d’épanouissement professionnel pour toi.

Voici le récent témoignage d’une lectrice que j’embrasse, Marion Bodin :
« Ce que j’ai aimé c’est son aspect très concret, tu parles de ta propre expérience et ça a beaucoup raisonné chez moi ! Je l’ai lu à une période où j’avais déjà lancé mon entreprise, tout tournait super bien et pourtant je me posais mille questions (sûrement parce que devenir entrepreneure ça faisait pas du tout partie de mes plans). Les exercices que tu proposes m’ont aidé à faire le point, à me poser les bonnes questions pour finalement constater que même si l’entrepreneuriat ce n’est pas toujours simple,  je m’épanouissais dans cette nouvelle activité ! Et puis découvrir le parcours d’autres femmes dans le livre ça motive vraiment, on se dit que c’est possible et surtout qu’il n’existe pas de modèle unique d’entrepreneure alors pourquoi pas créer le notre ! Bref j’ai refermé le livre déterminée à poursuivre dans cette voie, en me sentant finalement plus préparée. Sur la forme j’ai bien aimé le style, je l’ai trouvé facile à lire. « 

Quelques pistes de réflexions et ressources pour transformer ce que l'on subit dans ce contexte de confinement si particulier...

> Pour les futures créatrices de solo-entreprises (micro/auto-entreprises : on parle de la même chose), sache que je propose des formations à distance éligibles au CPF, qui sont référencées sur le site du gouvernement : https://www.moncompteformation.gouv.fr/


Il te suffit de te connecter, de consulter tes droits et de rechercher l’une des formations suivantes (en tapant l’intitulé exact), ou de cliquer sur les liens suivants :

– 4 Semaines pour valider son projet de création de micro-entreprise : https://bit.ly/3b7rJHY

– Préparer sa création de micro-entreprise grâce à l’outil Business Model Canvas : https://bit.ly/33xO3Ig

– Élaboration et lancement d’un projet de création de micro-entreprise : https://bit.ly/397ZSpR

Si l’une de ces deux formation correspond à tes besoins, tu n’auras plus qu’à t’inscrire en ligne et à suivre les étapes pour l’utilisation de ton compte personnel de formation.


> Si tu es déjà à ton compte et que tu souhaites développer ton activité de façon cohérente et écologique, sache que ce sont les deux principes rois dans les formations professionnelles individuelles et à distance que je propose.

Quelques pistes de réflexions et ressources pour transformer ce que l'on subit dans ce contexte de confinement si particulier...

Si tu veux en savoir plus concernant ce que l’on pourrait transformer dans ton activité et connaître les solutions de financement possibles, remplis ce questionnaire ici pour bénéficier d‘un appel diagnostic gratuit.

> Si tu souhaites proposer du coaching ou professionnaliser des accompagnements que tu proposes déjà, je propose une formation pro accélérée à très forte valeur ajoutée, qui fera toute la différence au niveau de ta posture et des transformations que tu impulseras ! A découvrir en détails ici.

Quelques pistes de réflexions et ressources pour transformer ce que l'on subit dans ce contexte de confinement si particulier...

> Si tu te trouves dans une impasse au niveau pro, que tu as des difficultés à entrevoir des solutions en ayant la tête dans le guidon… Sache que mes séances de coaching sont toujours en service et que je me ferais un plaisir de débloquer avec toi ce qui ne va pas, sur une durée brève.
Tu peux prendre connaissances des formules ici.


> Enfin, j’ai pris le temps de mettre à jour la multitude de ressources utiles pour faciliter tes projets pros. 
Je t’invite à aller découvrir tout ça dans Mes Trouvailles, en allant parcourir les rubriques qui t’intéressent !
Si tu ne disposes pas encore du mot de passe, tu l’obtiendras ici.

Quelques pistes de réflexions et ressources pour transformer ce que l'on subit dans ce contexte de confinement si particulier...

Sur ce, je reste à ton service et je te souhaite de belles transformations !!!

Je t’embrasse,

Manon.

Laisse un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.